Pierre Rabhi ou la stratégie du colibri.

Publié le par Francine Buchi

En réponse à une crise mondiale aux multiples visages,  alimentaire, écologique, économique et culturelle, Pierre Rabhi  lance une plateforme collaborative www.colibris-lemouvement.org

 

De quoi s’agit-il ? Fédérer l’intelligence de la société civile, ses initiatives et les solutions qu’elle a déjà trouvées pour vivre dans un monde durable et gérer la nature en arrêtant de la détruire. « Nous allons connaître un tsunami alimentaire mondial, prédit ce pionnier respecté de l’agriculture biologique, et les pays développés ne sont pas à l’abri ».

 

Pierre Rahbi met en application la stratégie du colibri. Celle du minuscule oiseau qui devant l’incendie de la forêt, va chercher dans son bec de l’eau pour l’éteindre. Les autres animaux ne font rien et lui disent que cela ne sert à rien. Lui répond : « Je sais, mais je fais ma part ». 

 

 Le colibri s’agite quand le doute paralyse les initiatives. C’est ce qui se passe en ce moment. Avec la crise financière, les urgences écologiques sont remises en question.

L’Europe, en tête jusqu’ici dans la lutte contre le réchauffement, est agitée par le débat.

 

Les 11 et 12 décembre à Bruxelles, les 27 doivent entériner un paquet de mesures surnommé le plan 20-20-20 : 20% de gaz à effet de serre en moins, 20% d’économie d’énergie, 20% d’énergies renouvelables.

 

Mais plusieurs pays, l’Italie et la Pologne en tête, ainsi que les associations patronales allemandes et italiennes, font pression pour que ces contraintes soient assorties de nombreuses exceptions.

 

A l’opposé, d’autres voix s’élèvent pour dire qu’il est essentiel d’investir dans le secteur de l’environnement, car il est pourvoyeur d’emplois et de richesses. C’est la position défendue par la secrétaire d’état à l’écologie, Nathalie Kosciusko–Morizet, qui a signé une tribune dans le journal Le Monde.

 

Pierre Rabhi, lui, se situe en dehors du champ politique classique :

 « Grâce aux bonnes idées de chacun, créons, dit-il, un mouvement politique sans être dans la politique ; le monde politique n’est pas en adéquation avec la gouvernance nécessaire ». …

 

Nicolas Hulot, qui a préfacé le : « Manifeste pour la Terre et l’Humanisme », de Pierre Rabhi chez Actes Sud, est à l’unisson de cette démarche. « Lutter contre la crise écologique, c’est  lutter contre la misère, insiste Nicolas Hulot. On ne sait pas comment tout cela va se terminer, avec la crise financière on arrive avec un fardeau supplémentaire, le chômage préempte toutes nos énergies. Garder espoir devient un acte de bravoure… »

 

Il se trouve que le jour de la conférence de presse de Pierre Rabhi et de Nicolas Hulot, les plus hautes autorités, dans Notre Dame de Paris pleine comme en œuf, rendaient un dernier hommage à Sœur Emmanuelle. Elle aussi, elle a pratiqué la stratégie du colibri. Toute seule, dans l’océan de misère des chiffonniers du Caire, elle a exceptionnellement fait sa part. Pour cette stratégie-là, il est besoin de faire appel à la morale et peut-être même à la spiritualité. Utopie ?

N.B. La conférence de presse donnée pour le lancement du mouvement "colibri" a été filmée par l'équipe organisatrice. On peut la voir en cliquant ici.  

 

Commenter cet article