Corridors Ecologiques: encore des aménagements pour les cerfs.

Publié le par Francine Buchi

 A Orry-la-Ville, dans l'Oise, cette butte en terre permet aux animaux, principalement les cerfs et les chevreuils, de s’échapper du piège que constitue la voie ferrée Paris-Amiens pour rejoindre la forêt toute proche.

Les photos sont signées Jean-Luc Hercent, chargé de mission Patrimoine Naturel au Parc Naturel Régional Oise-Pays de France.  " Il existe 4 de ces dispositifs de sortie de voie : un à chaque extrémité des portions de grillage "perméable", et de chaque côté des voies.


En revanche, sur la deuxième photo, on voit que côté forêt, la présence de ce talus ne permet pas aux animaux d'accéder aux voies par ce passage"


Petit retour en arrière:
A hauteur d’Orry-la-Ville, la voie ferrée est protégée par des clôtures, alors qu’elle coupe très exactement le territoire naturel des cerfs et des chevreuils qui circulent entre les forêts d’Ile de France et de Picardie..

Début octobre, la SNCF avait accepté d’abaisser les clôtures sur une portion de cette voie, de manière à  permettre aux cervidés de la franchir (voir article précédent : corridors écologiques, des innovations). Mais ce n’est pas tout ; la touche finale a donc été, il y a quelques jours, d’aménager ces buttes en terre pour permettre aux animaux qui auraient malgré tout été piégés sur la voie ferrée, de s’échapper en les utilisant comme un tremplin pour bondir.

C'est tout simple, mais il a fallu plusieurs années de concertation pilotée par le Parc Naturel Régional Oise-Pays de France pour en arriver là. 
C'est tout simple, mais c'est un bon exemple de l'astuce et de la diplomatie qu'il faut déployer pour arriver à concrétiser sur le terrain ce que la loi Grenelle 1 est en train de consacrer dans le texte, à savoir la prise en compte de la trame verte et bleue -les corridors écologiques- dans l'urbanisme et les infrastructures de transport.
 

 

 

Commenter cet article