logement : des capteurs pour mesurer et économiser l'énergie

Publié le par Francine Buchi

Depuis le début du mois de septembre, l’Office HLM de Moulins, dans l'Allier, mène une expérience unique en France. 80 familles sont équipées de capteurs posés sur les compteurs d’eau chaude et froide. Par ce moyen, les locataires peuvent contrôler leur consommation et donc leur facture, au jour le jour, et presque heure par heure.
   
Le capteur sans fil communique les données par onde radio sur un portail internet que les locataires consultent à leur guise avec un mot de passe. L’expérience est subventionnée à 50% par la Commission Européenne, il s’inscrit dans le programme « Sustainable Energy Cost » destiné à économiser l’énergie.

 

 

 

 

 

 

 

A partir du mois d’octobre, des capteurs supplémentaires seront posés sur les compteurs électriques.

« Les discussions ont trainé en longueur avec EDF, souligne Jacky Failly, le directeur du développement de Moulins Habitat.

Nos compteurs bleus datent des années 70. Et pour que le capteur fonctionne, il est impératif de les changer. Il faut un compteur électronique, comme ce sera la norme en 2012. Pour obtenir ce changement, que nous payons, j’ai presque été obligé de me fâcher avec certains services d’EDF. »

 

Pas facile d’être pionnier… Par le biais des capteurs, l’OPAC de Moulins espère enclencher un comportement vertueux chez ses locataires, voire une compétition dans les gestes économes. Son objectif est de faire baisser les charges locatives de 20 à 30%, alors qu’en moyenne nationale, les dépenses d’énergie des ménages dans les logements sociaux ont au contraire augmenté de plus de 15% depuis l’an 2000.

 

 



C’est un éditeur de logiciels d’Ile de France,Vizelia, qui récupère l'information transmise  par les capteurs. L'entreprise a déjà travaillé pour des locaux universitaires et des bâtiments publics, mais c’est la première fois que son innovation entre dans le logement.

Le PDG de Vizelia, Fabrice Haiat y voit aussi un moyen rapide de tester en temps réel l’efficacité de l’isolation et de la performance énergétique des nouveaux bâtiments voulus par le Grenelle de l’Environnement.







Ainsi dans les nouveaux HLM de Moulins qui seront livrés fin novembre, la consommation énergétique annoncée sera inférieure à 50 kWh/m2/an, avec 2 ans d’avance sur la loi.  Encore s’agit-il de le vérifier !

« Nous ne sollicitons pas d’éco-label, dit Jacky Failly. Cela coûte cher. Grâce à la technologie des capteurs, nous pouvons mesurer en toute transparence que le bâtiment est bien construit, par exemple que ce plafond équipé pour rayonner le chaud ou le froid grâce à l’aquathermie va tenir ses promesses…. »


Le 7 octobre prochain, presque 1 an après le Grenelle de l’Environnement, les parlementaires vont enfin commencer à débattre du projet de loi Grenelle 1, qui fixe le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Selon les organisations environnementales regroupées dans France Nature Environnement, le chapitre de la loi consacré au bâtiment est l'un des moins conflictuels parce que les professionnels voient dans les nouvelles contraintes une source d’innovations et de croissance. 

Commenter cet article