électricité , rançon du confort -suite-

Publié le par Francine Buchi

Mickaël Guernevel, du bureau d’étude Enertech, vient de me faire parvenir le rapport final du Projet Remodece, sur la consommation en électricité des ménages pour tout ce qui concerne  l’audiovisuel et  l’informatique. (voir article précédent).

 

Cette étude doit agir comme un électrochoc, car il montre qu’en dépit des efforts et des déclarations politiques faites depuis 10 ans pour réduire la consommation électrique, nous n’y sommes pas parvenus.

 

En résumé, et en attendant de pouvoir mettre ici le lien vers le rapport quand il sera en ligne, voici les principales conclusions :

 -      En 10 ans, tout a changé en matière d’équipement audiovisuel et informatique. L’informatique domestique n’existait pas du tout dans les années 90, pas plus que les TV à écran plats et les lecteurs DVD.  Conséquence : en 10 ans, la consommation du poste audiovisuel des familles a augmenté de 78% !   Quant à la bureautique domestique, elle est passé d’un niveau 0 il y a 10 ans à une consommation de 396 kWh/an, soit environ 7% de la consommation moyenne d’électricité d’un logement, qui se situe entre 2500 et 3000 kWh/an.

 ''La consommation électrique des ménages en matière d’ audiovisuel et d’informatique gomme tous les efforts d’économie qui ont été réalisés dans le secteur du froid ménager, de l’éclairage et du lavage, disent les auteurs de l’étude. C’est l’absence totale d’optimisation énergétique qui nous frappe. La consommation de la bureautique domestique devrait être de 20 ou 30kWh/an, et non de 396 ! Nous le faisons déjà à titre personnel »

Voici très précisément ce qu'en dit Olivier Sidler, le directeur du cabinet d'étude

                         

  C’est l’Union Européenne qui a financé cette étude, avec l’ADEME et EDF. C’est bien à l'Europe de décider d’imposer un étiquetage énergétique aux ordinateurs et téléviseurs, pour inciter fabriquants et distributeurs à faire baisser leur consommation, et aussi pour changer le comportement des consommateurs.

Commenter cet article