Promenade privilégiée dans le Delta du Danube

Publié le par Francine Buchi



22 Mai : Pour la Journée Mondiale de la Biodiversité, voici en images et en sons une  promenade privilégiée dans le Delta du Danube. Ce site exceptionnel n’est pas au bout du monde, il fait partie de l'Union Européenne (depuis janvier 2007), mais il n’est pas facile d’accès. À la pointe Est de la Roumanie, avant que l’immense fleuve de 2800 km ne se jette dans la Mer Noire, le Delta  dessine un univers liquide grand comme quatre  fois la Camargue,  formé de centaines de chenaux et de lacs. On ne peut y circuler qu’en bateau.

 




Avec Frans-Yves Marescot à la caméra et Frédéric Cottenceau  à la prise de son, nous sommes en train de découvrir cette flore et cette faune exceptionnelles : d’impressionnantes colonies de pélicans, un oiseau devenu le  symbole du  Delta, mais aussi les spatules blanches, les aigrettes, les crabiers chevelus, les cormorans … Leurs cris s’échappent de la ramure  des saules et des immenses roselières, les plus grandes du monde, mêlés au chant des grenouilles…

En bateau !

 


Ce n’est là qu’un court aperçu des images que nous venons de tourner ; il faudra maintenant les mettre en forme pour les journaux télévisés !

 



Le Delta du Danube a été déclaré patrimoine naturel de l’humanité en 1990. C’est la plus grande zone protégée d’Europe. Le tourisme et l’activité économique y sont très règlementés. Les visiteurs sont encore peu nombreux, environ 100 000 par an ; mais tout le monde ici espère gagner un peu plus d’argent grâce à cette nature exceptionnelle, en premier lieu les 15 000 habitants souvent très pauvres du Delta.  Alors c’est un drôle de défi pour l’environnement…

Pour mesurer l'état de la biodiversité dans le,monde, il existe un Indice de la Planète Vivante, publié par le WWF, qui suit l'évolution de 4000 populations d'animaux sauvages, mammifères,  oiseaux, poissons, amphibiens et reptiles. Le dernier indice fait apparaître un recul général de 27% des populations concernées, entre 1995 et 2005, et spécialement celle des oiseaux marins qui a décliné de 30% depuis le milieu des années 80.

Dans le Delta du Danube, selon les témoignages recueillis sur place, la population d'oiseaux se porte bien, spécialement les pélicans emblématiques qui compteraient près de 5000 couples. Et il y aurait plus de 100 000 cormorans !

C'est la conséquence de la mise en Réserve Naturelle du Delta du Danube. Il faut dire aussi que le pélican comme le cormoran sont des oiseaux protégés, ils n'ont pas de prédateur, et comme ils ne se consomment pas ils ne sont pas braconnés. Les poissons en revanche auraient du mal à grandir, selon les pêcheurs, et depuis deux ans les autorités roumaines ont interdit la pêche de l'esturgeon dans le Danube pour que le précieux pourvoyeur de caviar puisse se régénérer. 

Commenter cet article