Année Polaire: mission vers le Spitzberg

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

 
 
  Roissy, dimanche 25 mars : Toute une équipe de scientifiques, 6 français et 1 allemand en partance pour le Spitzberg.
 
A l'enregistrement,les ingénieurs Christian Fernandez (Grenoble) et Jean-Michel Friedt (Besançon) qui ont la responsabilité des systèmes embarqués.
 
 Derrière eux, Myrtille Moreau, géographe de l'Université-CNRS de Clermont Ferrand
 
 
 
 
  

Ici, prêt à partir au comptoir d'enregistrement, Dominique Laffly, geographe, de l'Université et du CNRS de Pau qui en est à sa 17ème mission au Spitzberg.

L'équipe est dirigée par Madeleine Griselin, qui pilote le programme de recherche: elle est hydrologue, c'est l'une des rares femmes directeur de recherche dans sa spécialité, une franc-comtoise qui connaît très bien le pôle Nord. Sa mission est labellisée Année Polaire Internationale, et l'objectif général de cette Année Internationale est d'étudier les effets du réchauffement climatique dans les régions polaires.

Le réchauffement climatique, nous y voilà! ! Le Spitzberg est très au Nord, au delà du cercle polaire, il baigne par 79° Nord dans l'Océan Glacial Arctique. Il fait partie de l'archipel norvégien du Svalbard. Ce qui est formidable, c'est que l'on peut voir le temps qu'il fait chaque jour, pratiquement en temps réel dans le village de chercheurs de Ny Alesund, grâce à une webcam qui est installée dans l'un des plus importants laboratoires polaires de surveillance de l'atmosphère de l'hémisphère Nord.

 

 

Voici par exemple l'image  prise aujourd'hui à 13h. Un très beau soleil ! On voit le petit village en bordure du fjord, qui lui-même communique avec l'Océan Arctique. A 3500 km de Paris. Le pylone en premier plan, ce n'est pas une remontée mécanique, c'est un vestige de l'ancienne exploitation minière.

Pour se connecter, histoire de rêver , cliquer sur www.nilu.no/niluweb/services/zeppelin

 

 

Au Pole Nord, les effets du réchauffement sont amplifiés.C'est ce que constatent les scientifiques, qui voient régresser les glaciers qu'ils étudient. Voici deux photos parlantes: le glacier étudié par l'équipe de Madeleine Griselin a "fondu" en l'espace de 60 ans.

 

Et ce même glacier devrait continuer à diminuer, car un glacier réagit avec une certaine lenteur (une trentaine d'années)à l'élévation des températures.Sur le climat qu'il fait en ce moment au Spitzberg, voici ce que m'a dit Christelle Marlin, hier juste avant son départ. Cette chercheuse est hydrologue, elle fait partie du CNRS et de l'Université Paris-Sud

Une mission au Spitzberg, comment est-ce que cela se passe?

Il y a encore une bonne dose d'aventure dans le métier de chercheur, lorsqu'il (ou elle) a la chance de se rendre sur le terrain. Voici un extrait du film personnel tourné au Spitzberg au mois d'avril dernier, par Madeleine Griselin et son équipe.

 

C'est  exactement le genre de vidéos que vous pouvez également m'envoyer pour parler du climat, du temps, de la beauté du monde !

 A bientôt

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article