Vin et climat

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

En se promenant dans les vignobles en Alsace, en cette deuxième quinzaine de Mai, on voit de petites boules  vertes qui se mélangent aux feuilles de vigne. 

 Ce ne sont pas les futurs grains de raisin .Ce sont les fleurs qui se préparent. Ce stade de croissance de la vigne est soigneusement observé par les viticultureurs. C'est  le calendrier des travaux de la vigne qui en dépend,  jusqu'au stade final: les vendanges de l'année.







Les viticulteurs vivent avec la météo, et la vigne fait partie de la famille. A Katzenthal, en Alsace, le vignoble entoure littéralement les maisons d'habitation, elle tient lieu de jardin.  Ici on est souvent viticulteurs de père en fils.
 
 
 
 
 
 




C'est le cas de la famille Bernhard. Jean-Marc a appris son art de son père, et en a instruit son fils.
 
 
 
Jean-Marc Bernhard a constaté que depuis quelques années, les vendanges se font de plus en plus tôt, ce qui change la nature du vin et son degré d'alcool. Nous sommes le 19 mai. Il nous indique comment se présente la croissance de la vigne cette année.
 
 

.
 
 
 
Il y a encore quelques décennies, on appelait "vin de soif" en Alsace, les vins légers à 11°, comme certains Edelzwicker. Bien sûr, à 14°, ce n'est plus un "vin de soif" , c'est pratiquement un vin d'apéritif, que l'on déguste dans un petit verre!
 
 
Dans le Bordelais aussi, les vins gagnent en degrés d'alcool, en raison d'un mûrissement plus précoce dans un climat plus chaud.
Un vin fort en alcool, est-ce nécessairement un critère de qualité?
 
 
 
 
 
 
 
Voici l'avis d'un observateur  documenté: Jean Pierre Deroudille, grand reporter pour le Journal Sud-Ouest.
 
Il est a publié chez Hachette "Le Vin face à la Mondialisation" , "J'apporte le Vin"  et collabore au Guide Hachette des Vins.
 

Commenter cet article