NANCY, le temps de ombelles

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

Seulement 1h30 de TGV entre Paris et Nancy, et l'on retrouve ombelles, chardons, nénuphars à la fois dans les jardins et un peu partout pour le plaisir des yeux sur les façades des maisons et la

décoration d'intérieur




Cette ombellifère, appelée Berce du Caucase, peut atteindre 2 mètres de hauteur. C'est une plante d'ornement devenue sauvage qui maintenant porte atteinte aux ombellifères locales et à la biodiversité en général par sa taille même et sa vigueur.

 

A Nancy, le Jardin botanique du Montet consacre en ce moment une exposition aux plantes invasives.

Rémi Saxe, paysagiste et jardinier me précise: "On est très en avance pour la floraison de la Grande Berce, elle se rencontre généralement dans les champs au mois d'aout. En fait toute la végétation a explosé dans le jardin, car nous avons eu d'avril à mi-mai un climat estival, limite tropical-humide. Et pourtant la nuit on peut perdre 10 à 12 degrés. Dans ces conditions, le jardinier a du mal à maîtriser, il y a des écarts de température et un climat qui se décale.Par exemple, l'an dernier, on a eu un mois d'aout frais et un mois de septembre chaud. Les lilas se mis à refleurir, croyant que l'hiver était passé et que le printemps revenait".

Les ombellifères ont inspiré à Nancy artistes et artisans à la fin du XIXème siècle. Voici le Musée de l'Art Nouveau dans son jardin, où les ombellifères sont en bonne place.







Et voici une porte de maison privée, à deux pas du Musée. Ce sont des ombelles qui accueillent le visiteur.

 








En fait, à Nancy, il suffit de se promener pour s'apercevoir combien la nature a inspiré les artisans et les artistes, qui étaient par ailleurs liés d'amitié avec des horticulteurs. Certains noms sont très célèbres: Gallé, Majorelle, Prouvé, Gruber. Ils ont initié tout un courant de décoration que l'on retrouve partout sur les maisons.

 

 

 Dans le Jardin Botanique du Montet, qui est un univers à lui tout seul par son étendue et les 14 000 espèces de plantes qu'il recèle, on découvre aussi les serres et leurs spectacularees nénuphars géants.

Au Musée de l'Art Nouveau, une table de Majorelle est en forme de nénuphar.

Il y a également des plates-bandes consacrées aux  plantes régionales qui ont inspiré l'Art Nouveau, comme le chardon de Lorraine.

"Le chardon est une plante liée aux moissons, indique Rémi Saxe, il est menacé comme le bleuet et le coquelicot par l'usage des désherbants".

 

Faisons un voeu: et si l'amour de la nature, le souci de l'environnement et de sa préservation inspiraient également aujourd'hui artistes et artisans, et les incitaient à travailler ensemble pour embellir la vie quotidienne? Cela pourrait créer un nouveau courant artistique tout à fait dans l'air du temps, un Art Nouveau du XXIème siècle, en quelque sorte.

Commenter cet article