CO2 Stockage pour 1000 ans

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

 A KETZIN, non loin de Berlin, on a lancé le 13 juin un site expérimental pour stocker le CO2 sous la terre. En surface, on ne voit pas grand chose. Mais à 800-900 mètres de profondeur, il y a une nappe d'eau salée dans laquelle on va piéger du CO2 réduit pratiquement à l'état liquide.

Le CO2  est le principal gaz à effet de serre . Il est responsable du réchauffement climatique, et sa concentration dans l'atmosphère atteint des niveaux records depuis le début de l'ère indutrielle . Cette concentration continue d'augmenter actuellement et risque de provoquer des hausses de température de plusieurs degrés d'ici la fin du siècle. La menace est d'autant plus sérieuse que le charbon, qui est encore abondant sur la planète, "risque" de remplacer le pétrole  pour faire tourner les usines et produire l'électricité. Or le charbon en brûlant produit beaucoup de CO2. 

Le grand défi est donc de capturer le CO2 émis par l'industrie avant qu'il ne s'échappe dans l'atmosphère , pour le stocker sous la terre. Voilà pourquoi les tests se multiplient actuellement.

Au début de l'année 2006, le Danemark a lancé avec l'Institut Français du Pétrole la première expérience de captage du CO2 dans une centrale électrique moderne fonctionnant au charbon.

Et en France, Total travaille actuellement à un projet qui devrait se concrétiser en 2008 sur l'ancien site gazier de Lacq, non loin de Pau: on va réutiliser une ancienne chaudière pour tester à la fois le captage et le stockage du CO2.

 

 

Vincent Lagneau, hydrogéologue, géochimiste de l'Ecole des Mines de Paris et ingénieur de l'Ecole Polytechnique explique: "Il y a un vrai business qui se met en place. Des bureaux d'étude vont fleurir un peu partout pour dire aux industriels: je vous trouve le bon endroit et je vous débarrasse de votre CO2. "

 

Mais le travail de recherche en amont,  il se fait ici, sur le site de Fontainebleau de l'Ecole des Mines de                                    Paris.

Car ce n'est pas encore gagné. La capture du CO2 n'est  techniquement pas un problème. Mais elle demande beaucoup d'énergie,et elle n'est pas encore rentable.

"Pour capturer du CO2, il faut utiliser 30% de pétrole en plus, explique Vincent Lagneau. Actuellement la tonne capturée coûte environ 50 dollars. Les industriels aimeraient ramener ce coût à 20 dollars la tonne. "

Le stockage, lui, ne coûte pas très cher."La difficulté est de trouver les bons sites pour le stocker. On peut utiliser dans un premier temps les anciennes couches géologiques qui ont renfermé pendant des millions d'années  le pétrole et le gaz, mais ce ne sera pas suffisant pour stocker tout le CO2 émis par l'humanité.  Il faut trouver des endroits sous terre capables d'emprisonner le CO2 pendant 1000 ans. 1000 ans, c'est le temps qu'il faut pour amortir le prix de la pollution créée par l'homme. "

Le stockage à mettre en place, il faut donc qu'il dure 1000 ans.

Voici les explications de Vincent Lagneau.

 

Vincent Lagneau est optimiste: il pense que l'on trouvera d'ici 10 -15 ans comment stocker le CO2 pour une durée minimale de 1000 ans ( rêvons un peu : quel sera dans 1000 ans le prénom à la mode de mes petits-petits enfants, comment vivront-ils, dans quel genre de république ou de dictature, seront ils encore sur Terre ou déjà en partance vers une exoplanète ?)

Ceci dit, stocker le CO2, si on y parvient dans 15 ans ne résoudra pas tout le problème. Le CO2 émis par les transports et le bâtiment, on ne peut pas le stocker, parce qu'on n'arrive pas à le capturer. "Mais , conclut Vincent Lagneau, si on arrive à régler le problème du CO2 émis par les industries, on pourra dire qu'on aura gagné la partie."

Pourvu que ça soit vrai.

2 sourires pour terminer cet article     

 

  

 Celui de Maud Descamps,    

 

 

 

 

                                                   
et Stéphanie Odéon .

C'est grâce à elles que le site internet de la rédaction de TF1 est de jour en jour plus riche, plus vivant et plus agréable à regarder ; Stéphanie et Maud sont des virtuoses de la souris, elles aident une bonne partie de la rédaction  à mettre les articles en ligne.

Commenter cet article

Jean V.-58380 Lucenay 08/02/2008 13:48

 
 

CHEZ NOUS ? ce n’est pas de l’or…encore que !
 L’acharnement des industriels du charbon dit « propre » en dit long sur cette question !
Malgré le débat sur le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto , Deux sociétés ont déposé un dossier en vue d’ouvrir sur les communes de Lucenay les Aix et Cossaye(Nièvre) une mine de charbon + centrale thermique. Projet soutenu par les élus socialistes et communistes locaux en dépit d’un rapport alarmiste réalisé par SOFREMINES en 2003 à la demande du conseil régional mais non publié à ce jour.
Pour plus d’information consulter le site : http://www.adsn58.fr/
 

 
 

exprimez vous sur le blog consacré à ce sujet : http://veriteminecharbon.unblog.fr/
 
 

 
 

 
 

SEDAT Reynaldo 13/10/2007 08:52

Enchanté,stéphanie et maud...........!
Vous êtes toutes les deux en accordéon sous les feux des camps de la rampe et dans l'action de l'actualité en composant des articles journalistiques sur vos claviers musicaux pour nous faire partager votre soif de savoir et de connaissance.........!
Un grand merçi.......!                 Reynaldo.

ARTHUR GRIMALDI 28/06/2007 12:03

Superbe les photos de vos deux assistantes pouvez vous mettre en ligne leurs coordonnees