BURKINA FASO: La Mousson se fait attendre

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

Au Burkina Faso, en Afrique de l'Ouest, les pluies de mousson sont actuellement attendues avec impatience. Elles se produisent généralement entre juin et septembre. Mais nous sommes le 12 juillet, et la mousson n'a pas encore commencé. Ces pluies tombent pendant une seule période dans l'année. Elles permettent de lancer les cultures et d'éviter la famine.

Cette photo a été prise dans la région de Gaoua, par Momo Ibaranté. Il explique : " Gaoua est l'une des zones les plus arrosées du Burkina. Les herbes que l'on voit se dessécher au premier plan sont le résultat d'une pluie précoce au mois d'avril. Certains paysans ont commencé à lancer les cultures mais ce n'était qu'une fausse alerte. Trois semaines après il n'y avait plus de pluies, toutes les graines semées et qui germaient se sont mises à sécher. "

 

 

"Le ciel est chargé de nuages sans qu'aucune goutte de pluie ne tombe sur le sol. En cette saison, on devrait normalement assister à trois pluies par semaine. "

 

Momo Ibaranté est administrateur du centre d'Appui au Désenclavement Numérique de Gaoua. Son rôle est de sensibiliser les habitants de la région à l'usage des nouvelles technologies. Il est aussi membre du réseau associatif "Parcours le Monde" qui regroupe plus de 500 écoles et enseignants francophones, dans le but de coopérer grâce aux nouvelles technologies de la communication. Le site de l'association:

http://parcourslemonde.com

Comment expliquer le retard des pluies? La population du Burkina Faso, et spécialement les paysans, ne savent que penser. Momo Ibaranté poursuit:

"Les anciens disent qu'ils n'ont jamais connu une telle saison. Habituellement, il leur suffit de faire des sacrifices aux mânes et aux dieux des eaux pour que la nature reprenne ses droits. Par contre, cette année, ils ont épuisé tout leur savoir en matière d'appel de la pluie, sans aucun effet. Certains se demandent si cette année ils pourront récolter un grain de mil ou de maïs.

 

Et voici un insecte qui a étonné Momo Ibaranté. Il s'agit d'une libellule, d'une couleur rouge inhabituelle.

 

 

"Les libellules se rencontrent habituellement près des points d'eau. Mais là où j'ai photographié cette libellule rouge, il n'y avait pas d'eau.

N'est-ce pas le manque de pluie qui l'a obligé à muter pour pouvoir vivre loin de son milieu habituel ?

J'ai montré la photo à des paysans du village, qui n'avaient jamais vu cet insecte rouge. Et Dieu seul sait, dit-il, que je me suis adressé à des personnes d'un certain âge qui ont vu plusieurs saisons des pluies se succéder."

Momo Ibaranté s'interroge et s'inquiète: "Dans certaines régions, le manque de pluie ne sera pas désastreux. Mais là où il n'existe aucun point d'eau pour pratiquer l'agriculture irriguée, la famine risque de sévir avec tout ce que cela a comme corollaire".

Merci à Momo Ibaranté pour ces témoignages, et à Marc Boudin le président du réseau associatif Parcours le Monde .

Les scientifiques se sont mobilisés pour comprendre le phénomène de la mousson africaine, et essayer de savoir pourquoi elle est devenue imprévisible au niveau du calendrier ( voir l'article : Afrique, le temps de la Mousson ) Est-ce lié au changement climatique global ? Le programme international de recherche AMMA est en cours au niveau de l'Afrique de l'Ouest. C'est un programme ambitieux lancé par la France,et qui regroupe une trentaine de pays. L'an dernier, des observations intensives de l'atmosphère se sont déroulées dans plusieurs pays d'Afrique .

Voici une photo qui émane de la photothèque du CNRS /photo Claude Delhaye .Elle date de l'été 2006. 

On y voit le lancement d'un ballon sonde à Niamey, au Niger, chargé d'étudier les couches de la stratosphère, entre 10 et 50 km d'altitude.

Le CNRS, comme plusieurs grands organismes de recherches en France, participe à ce programme AMMA . On en attend une première série de résultats d'ici 2 à 3 mois.

 

Commenter cet article

aurélien 18/07/2007 16:05

Superbe cette photo du ballon sonde ! Merci pour vore blog toujours très intéressant.