Fleurs des Alpes

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

On l'appelle aussi la rose des Alpes : le rhododendron.

On le rencontre dans les Alpes entre 1600 et 2400 mètres, il fleurit de juin à aout.

 

Celui-ci est poudré de neige.

Blandine, qui a pris cette photo et toutes celles de cet article, a le privilège de travailler pour le Parc National des Ecrins. " C'était le 11 juillet, dans l'Oisans, au dessus du Lac de Lauvitel, à environ 2100 mètres d'altitude ".

 

Voici d'autres fleurs bien épanouies qui plient sous la neige, on croit reconnaître l'arnica des montagnes, qui fleurit de mai à aout.

 

"Les fleurs se sont épanouies normalement, au bon moment, précise Blandine, mais il y a eu une nuit de neige qui a du fondre rapidement les jours suivants. Les nuits sont restées bien fraîches en juillet, puis on a eu des grosses chaleurs et des orages le soir (pendant lesquels la température rechute".

Voici  le site , qui est magnifique: le lac de Lauvitel, dans l'Isère, Réserve Naturelle Intégrale du Parc National des Ecrins.  Photo de Blandine du 11 juillet.

En ce début aout les températures sont bien remontées :" le 5 aout on a connu 30°C à 2000 mètres".

Mais les prévisions sont plus fraiches pour les jours à venir . Et ces photos de fleurs sous la neige sont symboliques d'une météo bien contrastée cet été, et somme toute plutôt maussade sur une grande partie de la France, Météo France enregistrant un bilan pluviométrique excédentaire sur les deux tiers nord du pays.

La neige qui est tombée le 11 juillet dans cette région du Parc des Ecrins correspond  à une perturbation qui a largement traversé la France et a vu des chutes de neige à moins de 2000 mètres dans les Alpes. C'est un évènement rare mais pas exceptionnel, dit Météo France, il se produit deux ou trois fois en 10 ans. Les grands cols des Alpes, l'Iseran, le Galibier, sont alors fermés à la circulation.

Jean-Paul Taillepied, climatologue de Météo-France à Briançon, dans les Hautes Alpes, rappelle qu'en 1996 déjà les coureurs du Tour de France n'avaient pas pu emprunter le Col du Galibier (2556 mètres) en raison d'importantes chutes de neige. "Au-dessus de 2000 mètres, les petites chutes de neige ne sont pas exceptionnelles".  Jean-Paul Taillepied poursuit : " Dans les Hautes Alpes, cette année, contrairement au reste de la France, nous n'avons pas connu un mois de juillet pourri. Au contraire, juillet a été beau, avec des températures plus chaudes que la normale."

Touristes et bouquetins en ont donc profité. Sur le côté Iserois du Parc National des Ecrins, plus au nord, Gilbert Ségui, climatologue de Météo-France à Grenoble,  constate des températures proches de la normale . "En revanche, les pluies ont été abondantes, surtout en début de mois."

Et pour les 3 mois qui viennent ?  

Météo- France se hasarde, un peu à contre coeur, à établir des prévisions saisonnières que l'on peut consulter sur son site :  http://www.meteofrance.com/FR/index.jsp

Mais depuis le début de l'été, les spécialistes de la météo sont très dubitatifs et ne privilégient aucun scénario pour la France métropolitaine.  Le temps est et reste bizarre, imprévisible à long terme, et très contrasté, en langage des fleurs.

   

Commenter cet article