CYCLONES et réchauffement

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

 
Le cyclone DEAN, vu de l'espace

Cette photo du cyclone Dean a été prise par l'équipage d' Endeavour, samedi 18 aout, alors que la  navette était encore amarrée à la Station Spatiale Internationale, c'est-à dire à 380 km d'altitude.

On voit très bien l'oeil du cyclone, cet entonnoir central où les vents sont relativement faibles, de l'ordre de quelques dizaines de km/h ; tout autour les masses d'air tournoient à 200km/h et plus.

"L'oeil du cyclone mesure en général entre 20 et 40 km de diamètre", indique Emmanuel Baucrie, ingénieur de Météo France

Quant à la spirale du phénomène, elle atteint facilement 400 à 600 km de diamètre".

En épaisseur aussi, un tel cyclone est énorme : il occupe toute l'atmosphère, c'est à dire une hauteur de 16 000 mètres.

On connait beaucoup mieux les cyclones depuis qu'il est possible de les observer depuis l'espace, c'est à dire une trentaine d'années seulement. 

Le satellite qui suit la progression de Dean et de tous les cyclones qui naissent dans cette zone de l'Atlantique s'appelle GOES-EST.

C'est un satellite américain, géostationnaire, positionné à hauteur de l'équateur à 36 000 km d'altitude.

Vu de là-haut, c'est toute la zone Caraïbe qui est visible. Le satellite envoie une photo  tous les quarts d'heure.

Au fil des heures, en mettant ces images bout à bout, on voit la progression du cyclone, qui avance toujours d'est en ouest à la vitesse moyenne de 40km/h.

Pour mieux connaitre les cyclones, certains pilotes américains se sont fait une spécialité de pénétrer à l'intérieur du phénomène. C'est dantesque.

C'est ainsi que le 29 aout 2005, la NOAA, l'agence américaine d'observation des phénomènes atmosphériques, a pu filmer le cyclone Katrina vu de l'intérieur, le pilote étant dans l'oeil du cyclone. La vidéo est visible sur le site de la NOAA

L'année 2005, l'année de Katrina, a été la plus importante année à cyclones jamais observée sur la zone Atlantique. 26 cyclones majeurs en tout. Le précédent record datait de 1933, indique Météo-France

 La tentation est donc grande de faire la liaison entre le nombre des cyclones et le réchauffement. Mais les climatologues sont encore prudents. Les outils d'observation des cyclones sont encore trop récents pour lier les cyclones actuels au phénomène global du réchauffement, même si les présomptions sont grandes. 

Voici ce qu'en dit Jean Jouzel, climatologue, membre du GIEC, directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace et directeur de recherche au CEA.

                    

DEAN, aujourd'hui 21 aout, perd de sa force, 7 jours après l'annonce de sa formation.  "Un cyclone vit en général entre 4 à 12 jours ", précise Emmanuel Baucrie de Météo France. Entre temps, une autre tempête tropicale, ERIN, s'est formée aux Etas-Unis; Elle n'a pas rang de cyclone, mais pourtant elle a provoqué  morts et dégats.

L'année 2007 sera-t-elle une année à cyclones

"Ce qui est déterminant, dit Emmanuel Baucrie, c'est  la température de l'eau de mer. C'est elle le carburant des cyclones. Il faut 29° en surface et 26° en profondeur sur les 50 premiers mètres".

C'est considérable, mais les conditions peuvent être réunies à plusieurs reprises dans la zone de l'Atlantique comprises entre la côte africaine et les Caraïbes.

" Le centre de prévivion des cyclones de Miami  s'attend à une dizaine d'autres cyclones d'ici la fin de l'année." ".

En France, nous ne connaissons pas de cyclones, qui naissent au-dessus des mers, mais des tempêtes et des tornades, oui, des vents violents également. Au Mont Aigoual, dans les Cévennes (voir article précédent ) on a enregistré des records en la matière. Eric Diot, météorologiste à l'Aigoual, indique : " on a enregistré sur le site quelques tempêtes dépassant les 300km/h au sommet (c'est la puissance de Katrina), notamment au début du 20ème siècle et dans les années 60-70 (épisode le plus fort le 16 mai 1963, par vent nord. On a observé également des vents moyennés sur 24 heures à plus de 140km/h...pas grand chose à "envier" aux cyclones.... conclut Eric Diot.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article