RUGBY soleil vert à Saint Etienne

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

 

 Sur le toit du stade Geoffroy Guichard à Saint Etienne, 2600 m2 de panneaux solaires. Ils vont désormais transformer la lumière du soleil en électricité. 

La nouvelle toiture a été inaugurée le 29 aout. C’est la plus grande installation de panneaux solaires photovoltaïques en France métropolitaine. Elle va contribuer à donner à la virile Coupe du Monde de Rugby une  flatteuse coloration vert tendre, de cette nuance écologique si prisée en cette rentrée 2007.

 

Tant mieux. D’autant plus qu’à Saint-Etienne, le vert, c’est une couleur primaire.

 

Pourtant, choisir le photovoltaïque pour lutter contre le réchauffement climatique, c’est faire preuve d’un vrai esprit pionnier.

C’est un peu partir de nulle part pour ne pas aller beaucoup plus loin.

 

 

 

"L’électricité d’origine solaire, indique Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables de l’ADEME , est encore confidentielle en France: « On comptera 30 à 40 mégawatts raccordés au  réseau EDF d’ici la fin de l’année, essentiellement grâce à des panneaux photovoltaïques installés chez des particuliers. 30 à 40 Mégawatts, cela représente un pourcentage compris entre 0 et 1 de la consommation d’électricité en France. »

Beaucoup plus proche du 0% que du 1%

d’ailleurs, et cela semble très peu en effet, alors que le soleil nous réchauffe tous équitablement et gratuitement, qu’il ne produit aucun déchet, et qu’il ne dégage pas de gaz à effet de serre.

 

 

 

« Oui mais, poursuit Jean-Louis BAL, le matériel coûte encore trop cher. Il faut poursuivre les recherches. Nous espérons grimper à 1% d’électricité d’origine solaire en 2020. Et cet apport du solaire, même modeste, est indispensable si nous voulons avoir une chance de réussir à diviser par 4 nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, et donc à limiter le réchauffement climatique. »

Un équipement photovoltaïque dure  au moins une vingtaine d’années, et au bout de 2 ans, selon les calculs de l’ADEME, il commence à produire plus d’énergie que sa fabrication n’en a nécessitée. C’est bon pour la planète, mais c’est quand même lourd pour le porte-monnaie.   

 

Voilà pourquoi, actuellement, les particuliers bénéficient d’un crédit d’impôt de 50% sur le prix d’achat du matériel de l’installation photovoltaïque. Voilà pourquoi aussi EDF achète l’électricité d’origine solaire plus cher qu’elle ne la revend. Dans le cas de Saint-Etienne, elle l’achète à 0,55centimes d’euro le KWH, et la revend sur le réseau autour de 0,11centimes d’euros.

 

A Saint Etienne, par exemple, les panneaux photovoltaïques situés sur son toit ne servent pas directement à éclairer le stade Geoffroy Guichard.

Guy Pagat, maître d’ouvrage explique : » la particularité d’un stade, c’est d’avoir besoin d’électricité plutôt la nuit et plutôt en hiver. Or le soleil, il est là le jour, et plutôt en été. »

 

 Donc, l’électricité produite de jour et quand il y a du soleil est entièrement revendue à EDF . Le bénéfice de cette revente d’électricité est encaissé pendant 20 ans par une société partenaire  (La Caisse des Dépôts et Consignations + Ténésol, filiale de Total et d’EDF) qui a fourni 80% du budget.  

"Malgré cela, dit Guy Pagat, le seuil de rentabilité n’est pas atteint. Mais il y a un bénéfice pour le climat qu’il est difficile de quantifier. Si on avait produit cette électricité autrement, on aurait sans doute dégagé 20 tonnes de CO2 ; c’est l’estimation que l’on fait en France pour une production de 205 000 KWH, qui est ce que nous visons, et qui correspond à 1/5ème des besoins en électricité du stade. »

 

  La population accepte bien des panneaux solaires sur une toiture, poursuit Guy Pagat. C’est plus facile à intégrer au paysage qu’une éolienne. On peut multiplier l’opération en pleine ville, car les toits disponibles sont très nombreux. De plus, la ville n’a pas eu à déposer de permis de construire, une simple déclaration de travaux a suffit. « 

  

 

  

«Pour arriver à diviser par 4 les gaz à effet de serre d’ici 2050, l’Etat compte beaucoup sur l’engagement des collectivités locales comme Saint-Etienne http://www.agglo-st-etienne.fr/. Il se construit dans cette ancienne ville industrielle désormais consacrée au design  de beaux bâtiments esthétiques et intelligents.

 

 L’architecte Norman Foster, celui qui a dessiné entre autres le viaduc de Millau, est l’auteur du tout nouveau Zenith, http://www.zenith-saint-etienne-metropole.fr/  encore en plein chantier. « Il sera ventilé la nuit par des courants d’air, comme le sont les termitières en Afrique, m’indique Guy Pavat ».

 

 

 Quant au stade Geoffroy Guichard, il va accueillir le 9 septembre sa première rencontre de Coupe du monde de rugby, Ecosse contre Portugal.

A cette occasion, les façades seront mises en beauté par un nouvel habillage de lumière grâce à des diodes électroluminescentes peu consommatrices en énergie.

Voici en avant-première la version en bleu-blanc-rouge, que m'a faite parvenir la ville de Saint Etienne et Guy Pagat.

Et bien sûr , voici la version en vert!

 

 Quelle sera la couleur de façade choisie pour la première rencontre du 9 septembre ? Mystère ..

Post Scriptum : finalement, c'est bien le vert qui a été retenu !

Commenter cet article

mannier 17/12/2007 20:28

Bonjour, et bien enfin après 7 mois le rescrit est annulé retour à la tva à 5.5 % sur le photovoltaïque. Donc tout va bien de nouveau.

M;Mannier 08/09/2007 20:11

Je suis un particulier ayant fait le choix des énergies renouvelables pour ma maison : pompe à chaleur, récupération d' eau de pluie, chauffe eau solaire et depuis août panneaux solaire photovoltaïque dont l' électricité produite est vendue à Edf. J' ai signé le devis en janvier et entamé 7 mois de démarches, pour avoir enfin la pose au mois d' août.
 
Or, en date du 8 mai, la DGI a pris un rescrit restreignant l' application du taux réduit de la TVA pour le photovoltaïque. En effet lors de ces démarches deux options de vente à Edf sont possibles, soit tout revendre à Edf et donc injecter sur le réseau la totalité de la production, soit consommer une partie de l' énergie produite et revente le reste à EDF.  Ce système ayant un coût très élevé, pour espérer amortir son coût j' ai fait le choix de la revente totale.
 
Ayant fait le choix de revente totalement ma production à EDF je dois m' acquitter d' une tva à 19,6 sur la totalité de mon installation soit plus de 2000 € à débourser. Ce rescrit a été pris sans publicité et c' est seulement maintenant qu' il commence à être connu. L' entreprise vient de s' en rendre compte et va me facturer en 19.6 après la pose. De nombreux clients dans toute la France sont dans le même cas que moi. Cette position de la DGI va réduire fortement le développement du photovoltaïque en france, alors que tout était bien parti avec un tarif d' achat important. J' ai déjà écrit à Monsieur Sarkozy qui m' indique avoir transmis ma demande au ministère de l' écologie, à mon député et sur le site des verts.
 
Pourriez vous en parler et influer les services concernés pour que l' on puisse revenir à l' ancienne situation qui accordait la tva réduite également à la revente totale, car cette tva sera un frein supplémentaire au développement de l' écologie en France. Aucun média n' a parlé de cette décision, ni aucun parti politique.
 
 J' espère que vous pourrez interpeller qui de doit pour faire évoluer cette position de la direction des impôts.
 
 
 
 M Mannier
 
Site internet : www.lamaisonecolo.com

Etienne 04/09/2007 13:16

une société partenaire  (La Caisse des Dépôts et Consignations + Ténésol, filiale de Total et d’EDF) qui a fourni 80% du budget Je ne sais pas où vous avez trouvé cette information mais ce taux est plus faible. le projet a coûté plus d'1.8M€ sur lesquelles il y a eu 100k€ de l'europe (fonds structurels), autant du Conseil Régional de Rhône Alpes, normalement autant d'EDF et l'agglomération stéphanoise qui avait prévu 100k€ a en plus renforcé la structure et sa participation est donc de plus de 230k€. Reste à peu près 70% pour la société que vous évoquez. Il ne faut cependant pas nier l'effort de cette société pour faire sortir ce projet rapidement et pour accepter une rentabilité plus faible que ses habitudes.

g.dahan 03/09/2007 10:24

Peut-être que l'envie, le désir de faire poser des panneaux photovoltaîques seront-ils forts lorsque des considérations d'utilité primeront sur des considérations d'esthétique car je trouve que les incitations de l'Etat et la durée d'amortissement sont suffisants pour inciter à faire poser des panneaux. Malheureusement, deux obstacles principaux nuisent à cette pose : la course du combattant administrative à laquelle il faut se livrer et quand vous avez les panneaux sur votre toiture , cela n'est pas terminé : il faut endurer les tracasseries ( je n'ose pas employer un mot plus fort ) qu'il faut endurer dans la vie du contrat avec EDF; vérifications , statistiques à fournir alors que les services ont tous les chiffres dans leurs dossiers et pour finir Impôts avec qui il faut se battre pour avoir droit au dégrèvement légal. Donc, que beaucoup de gens renoncent, cela ne m'étonnerait nullement. Et il y a un empèchement majeur : C'est à la vente de votre maison : ceux qui visitent ainsi que les agents immobiliers vous disent qu'il faudra que vous emmeniez vos panneaux en partant , panneaux que vous ne pourrez même pas faire installer ailleurs, car ils sont affectés pour ainsi dire A VIE à la première installation. Moi, je  ne me suis pas renseigné avant; j'ai cru -- innocemment  --   que cela représenterait au contraire UN PLUS à la revente.  Erreur GRAVE et lourde de conséquences . Je n'ai que 69 ans; j'aurais aimé me rapprocher d'un bourg dont je suis à 3,5 Kms. C'est foutu. Bien cordialement.