Baie de Somme : un été à rallonge

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

La Parnassie des Marais, en plein floraison dans la baie de Somme.

Cette jolie fleur est protégée en Picardie, elle affectionne particulièrement les zones humides. On peut facilement l'admirer en cheminant dans le Parc ornithologique du Marquenterre.

"D'habitude, indique Philippe Carruette, elle est en pleine floraison à la fin du mois d'août, mais là nous sommes fin septembre, il fait chaud après un été humide, c'est un temps idéal pour la parnassie qui prolonge sa floraison".

 

Philippe Carruette est ornithologue. Depuis trois décennies, il constate de nombreux changements dans ce parc géré par le Conservatoire du Littoral.

"Il y a des espèces qui passaient l'hiver ici et qui ne le font plus, comme la corneille mantelée. Ici en Baie de Somme, nous étions en quelque sorte sa Côte d'Azur ! Venant de Scandinavie, elle économise maintenant ses forces, et elle s'arrête au Danemark et aux Pays-Bas ".

 

A l'inverse, d'autres espèces décident de passer l'hiver en baie de Somme et ne migrent plus vers le sud.

 

C'est le cas d'un canard, le canard souchet, qui n'aime pas du tout les gelées. (Les photos de ce bel oiseau, reconnaissable à son bec aplati, sont de Nathanaël Herrmann, photographe animalier du Parc du Marquenterre).

" On m'aurait dit il y a une vingtaine d'années qu'il passerait l'hiver en baie de Somme, je ne l'aurais pas cru !  poursuit Philippe Carruette . Mais l'an dernier, on en comptait jusqu'à 400 en plein hiver, et en ce moment, ils sont plus de 1500".

 

"Au fur et à mesure des années et des observations, on fait le lien avec le réchauffement climatique, et on constate maintenant que les changements sont très rapides.

Et c'est cette rapidité qui risque de poser problème aux oiseaux. La nature est flexible, mais les animaux ne s'adapteront que si l'environnement conserve sa qualité."

Même chose pour les cigognes.

" Il y a de plus en plus de cigognes qui passent l'hiver ici, alors qu'elles descendent de Belgique ou de Hollande"

"Chez les oiseaux migrateurs, indique Philippe Carruette, il y a toujours des pionniers, ceux qui lancent une nouvelle tradition d'hivernage. On en est à ce stade pour les cigognes en baie de Somme".  

Côté flore, on peut aussi admirer en ce moment ces hautes fleurs jaunes : c'est de l'onagre, une plante d'Amérique introduite au début du siècle. Elle se plaît bien dans l'estuaire de la Somme.

On broie ses graines pour en faire de l'huile utilisée en herboristerie car elle est riche en acides gras.

 " L'onagre fleurit aussi de plus en plus tardivement."

 

 "Il est parfois compliqué de prendre au quotidien la mesure du réchauffement, conclut Philippe Carruette, mais en baie de Somme c'est différent :  les naturalistes étudient ce territoire depuis le début du XIXème siècle,  et il est donc possible d'établir des comparaisons selon les relevés des saisons".

Commenter cet article