Grenelle : Bonus-Malus : deuxième essai

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

Le Grenelle de l'Environnement propose une nouvelle forme de bonus-malus pour les voitures.

 

 

Les participants au groupe de travail n°1 sont tous d'accord pour décourager les achats de voitures  polluantes, grâce à une éco-pastille qui serait payée tous les ans, et dont le montant serait fixé en fonction des émanations de CO2 de la voiture.

 

Question : les députés qui sont appelés à légiférer sur l'environnement vont-ils suivre cette proposition ? On peut avoir des craintes à ce sujet. L'expérience le prouve :

 

Le 21 mars 2004,  Serge Lepeltier, alors ministre de l'environnement

proposait déjà un système de bonus- malus pour taxer à l'achat les voitures les plus polluantes . On parlait à l'époque d'une taxe pouvant aller jusqu'à 3000 euros pour un 4 x 4 ; à l'inverse, un bonus de plusieurs centaines d'euros aurait du bénéficier aux voitures diesel équipées d'un filtre.

 

 Las ! La proposition a succombé sous un tir de barrage des parlementaires.

 

 Serge Lepeltier le confirme : cette idée de bonus-malus a contribué à sa sortie du gouvernement! " L'écologie, dit-il, est un sujet de polémique et de difficulté au Parlement ".

 

 3 ans plus tard, la « révolution verte » peut-elle se mettre en marche ? L'adoption - ou non - du bonus malus sera l'un des critères pour le vérifier.  

En ce moment, le Grenelle en est à la phase des débats publics. Cela a commencé dans la ville de Serge Lepeltier, à Bourges vendredi 5 octobre, ainsi qu'à Saint-Denis de la Réunion. A Bourges , c'est Jacques Legros qui animait la première journée.   "L'objectif est de faire participer le plus possible le citoyen de base,  confiait-il. Ce sont trop souvent les responsables d'associations qui prennent la parole ».

Au contraire, il semble bien que sur internet,  beaucoup de propositions et d'idées ont commencé à circuler avec vivacité.  Tout ceci peut se vérifier sur le forum du site officiel dédié au débat.

.

Commenter cet article