Jardins de Valloires

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1


L'automne aux Jardins de Valloires, dans la Somme.

 

 

 Un ensemble de 4 jardins contemporains dans un site classé datant du Moyen Age.

 

Ils font partie des plus beaux jardins de France. Le paysagiste Gilles Clément y a ordonné, et parfois « désordonné » une immense collection de plantes du monde entier rassemblée par un pépiniériste passionné.

 

Voici le célèbre pin Wollémi,  le jeune plant est entouré de fougères pour bien le protéger.

Planté en février 2007, il a déjà poussé de 10 cm cette année, peut-être dépassera-t-il dans quelques années les 10 mètres de haut. 

 Le pin Wollémi est l'un des arbres les plus rares et les plus vieux au monde. Il date d'il y a 200 millions d'années, et il n'en existe que 10 exemplaires en France. Dans le monde entier la communauté des botanistes s'est mobilisée pour le sauver ; on le pensait disparu, jusqu'à ce qu'un garde chasse en découvre par hasard quelques exemplaires en 1994 dans un canyon d'Australie.

 

 L'histoire du pin Wollemi est racontée aux visiteurs, de même que l'histoire des plantes au fil de l'évolution et du climat. Et c'est là qu'intervient le grand botaniste Lamarck natif de la Somme, dont la clairvoyance est célébrée dans ces jardins de Valloires. 

 

 

Le botaniste Vincent Delaître explique :  

 « Lamarck fut le premier scientifique à comprendre les mécanismes de l'évolution et à s'intéresser au climat; il a réalisé le premier des annuaires de prévisions météo, il a dressé une classification des nuages et à défini le principe d'un service météo. »

 

 

 

  En 1807, soit un demi siècle avant les premiers relevés officiels de la météo, Lamarck avait imaginé d'organiser des observations systématiques et quotidiennes de l'état du ciel et de les transmettre d'une vingtaine de lieux en France, grâce au télégraphe aérien inventé par Chappe, jusqu'à un « Bureau Central Météorologique ». Napoléon avait alors trouvé l'idée saugrenue et peu digne d'un grand savant. Il a du sans doute  réviser son jugement pendant la retraite de Russie, alors qu'il était vaincu par la neige et le froid.

 

 

 

 

 Vincent Delaître poursuit : « En dehors des outils perfectionnés de mesure de Météo France, l'observation fine d'un jardin est aussi riche d'enseignement ».

 Vincent Delaître est botaniste à Valloires depuis 12 ans. Il a observé bien des changements en Picardie, les plantes racontent un climat qui semble bien se modifier.

 

 

 

 

            

 

Quant à la Sainte-Catherine, c'est toujours le 25 novembre, mais la période où « tout bois prend racine » va peut-être aussi se décaler dans le temps, les jardiniers nous le diront.

 

 Voici les sites où l'on peut découvrir les Jardins de Valloires :

- Pour découvrir les prochaines animations aux jardins de Valloires cliquez ici ! 

- Tout savoir sur l'espace Jean-Baptiste Lamarck 

 

Commenter cet article