Logements: Rénover en Basse Energie

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1


 

Rénover tout en imposant une baisse de la consommation d'énergie.

 

 Avant 1975, lorsque l'on construisait des logements ou des immeubles, on ne se souciait pas de leur consommation d'énergie. Il n'y avait pas de norme thermique

  

 A Mulhouse, au centre ville, on trouve ainsi tout un quartier du début  du XXème siècle, où s'alignent de petites maisons modestes qui servaient de logements aux ouvriers du textile. Elles étaient chauffées par des poêles à charbon, et très mal isolées.

  

Ce quartier fait partie de l'histoire industrielle de la ville. Plutôt que de le raser, la ville est en train de le rénover, en imposant une réduction drastique de la consommation d'énergie : 50 kWh/M2/an, contre 450kWh/M2/an précédemment.

C'est un objectif très ambitieux. A titre de comparaison, un bâtiment neuf  consomme actuellement entre 80 et 250kWh/M2/an;

Et ce maximum de 50 kWh/M2/an,c'est précisément la norme basse -énergie que l'on vise en France pour 2015.

 

 Comment parvenir dès aujourd'hui à ce résultat dans l'ancien ? En faisant des travaux lourds. D'abord  une très bonne isolation : une épaisse couche de laine de verre, pour envelopper l'intérieur du logement. Des triples vitrages qui conservent la chaleur. Et un système d'aération très performant qui évite d'ouvrir les fenêtres : C'est ce que l'on appelle la ventilation double flux.

Deux gros tuyaux circulent à l'intérieur du bâti : l'air vicié qui sort cède sa chaleur à l'air frais qui entre. C'est un échange de calories, mais pas d'air !

Se rajoutent à cela des panneaux solaires pour chauffer l'eau, et un chauffage collectif au gaz..

  

L'ensemble de la rénovation est payée par des propriétaires-investisseurs qui achètent l'immeuble ancien autour de 400/500 euros le M2, et qui ensuite bénéficient pendant 9 ans d'une défiscalisation au titre de la loi Malraux.

Le  locataire, lui, est assuré de payer un  loyer modéré . Jean-Luc Rézé ( à droite ) explique : "je paye  très peu de charges , environ  40 euros par mois, mais il y a certaines précautions à prendre , par exemple ne pas ouvrir  les fenêtres plus d'un quart d'heure par jour".

Estelle Chenu, qui représente

l'Agence Locale de Maîtrise de l'Energie nous montre le thermostat qui est bloqué par construction à 19°maximum. "Il ne fait pas froid, la maison est bien isolée, explique-t-elle, cette température suffit à assurer le confort." 

 

   C'est la Suisse toute proche qui a donné l'idée à la Région Alsace et à la Ville de Mulhouse de s'engager dans cette opération de rénovation , dont le but est de transformer du même coup de vieux immeubles en bâtiments basse énergie.

 

 Par exemple, dans le canton de Neufchâtel, on peut voir des bâtiments rénovés qui non seulement sont isolés de l'intérieur mais sont aussi « emballés «  à l'extérieur de la façade par 16 cm de matériau isolant. Cela ne se fait pas encore côté français, mais c'est une technique à retenir. La Suisse est engagée depuis presque 10 ans dans un programme de réduction de la consommation d'énergie appelé Minergie  

  Voici les explications de Jean Luc Juvet, responsable de l'énergie dans le canton de Neufchâtel.

 

                

 

De telles réalisations sont exemplaires. Elles prouvent que l'on peut parvenir d'ores et déjà aux objectifs d'économie d'énergie fixés par le Grenelle de l'Environnement en ce qui concerne les bâtiments. Et ceci en utilisant des matériaux et des équipements que l'on trouve facilement dans le commerce.   

    

Commenter cet article