Quels poissons pour les fêtes

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

 

Quels poissons acheter pour les fêtes sans vider la mer ? A part les poissons d'élevage, ce n'est pas simple.

 

 Par exemple, le traditionnel marathon de Bruxelles sur les quotas de pêche autorisés commence le 17 décembre, et la Commission Européenne propose  de réduire l'an prochain la pression de pêche sur le hareng ou le merlan, qui ne sont pourtant pas des poissons  « nobles ».  Mais leurs stocks diminuent également.

 

 Alors que choisir ? Le WWF vient de mettre en ligne un guide de conseils pour une pêche durable. L'outil est précieux, mais il ne fait pas l'unanimité.

 

Philippe Valette, océanographe et directeur du Centre National de la Mer Nausicaa de Boulogne sur Mer se dit scandalisé (« et je pèse mes mots » dit-il ) par certains conseils du WWF.

 
« Ce guide, dit Philippe Valette, ne tient pas compte des saisons et de l'état des pêcheries locales.

 Prenons l'exemple de la sole : l'état des stocks est tout à fait satisfaisant dans le Nord-Pas de Calais et des centaines de familles dépendent de cette pêche, qui se pratique avec de petits bateaux côtiers.

 Or le WWF recommande  de ne pas acheter de sole. Mais cela dépend où ! Il faut raisonner par écosystème » ! s'insurge Philippe Valette.

  
Le   consommateur a de quoi être un peu perdu !

Philippe Valette m'annonce que Nausicaa va mettre en place prochainement un service de conseil personnalisé. Cela fonctionna grâce au téléphone portable. Lorsqu'il sera sur le marché ou chez le poissonnier, le consommateur pourra recevoir des conseils d'achat en fonction de l'endroit où il se trouve et de la saison.

 

 Il est urgent que la coopération entre consommateurs et pêcheurs s'organise pour une pêche durable, car c'est l'intérêt de tous. La plupart des pêcheurs sont conscients qu'ils risquent de disparaître bien avant que la mer soit vidée de ses poissons.

5 filières de pêche françaises viennent d'ailleurs de se porter candidates pour obtenir l'écolabel indépendant MSC (langouste corse, langoustine du golfe de Gascogne, sardine de Bolinche, coquille saint jacques, crustacés de casier). Cette initiative est une première : seule la coquille Saint Jacques de Normandie était parvenue jusqu'ici à obtenir un « label rouge, » mais il s'agit d'un label de qualité, ce n'est pas un label environnemental.


« La coquille saint jacques est bien gérée par les pêcheurs, commente Philippe Valette.

 

Les pêcheurs de langoustines aussi ont fait des efforts, mais ils sont encore insuffisants. Il y a encore malheureusement 50% des langoustines pêchées qui sont rejetées en mer , parce qu'elles sont trop petites, et bien peu sont capables de survivre à l'épreuve ! »  

 

 

 

Commenter cet article

Jean Bonnot 28/12/2007 18:11

Après avoir lu cet article, on ne sait pas quels poisson il faut manger. Le titre est racoleur et le papier est vide. C'est nullissime ! Excusez moi de dire ce que je pense.