Les voltigeurs de l'éolien

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

Les voltigeurs de l'éolien, ce sont les techniciens qui assurent la maintenance de ces grandes machines qui font généralement entre 80 et 125 mètres de haut, surmontées de pales d'une cinquantaine de mètres.

Quand on les voit d'en bas, ils ne sont pas plus gros qu'une mouche. Leur métier tient à la fois de l'alpinisme et de l'aéronautique, car ils évoluent à l'air libre, parfois dans le vent ou la pluie, en assurant à chaque fois leur prise avec des cordes et des mousquetons. La montagne en pleine Beauce!

 

Voici dans un parc éolien, par jour de brouillard malheureusement, la rencontre aérienne avec François Canet, technicien de la société de maintenance Reetec-France. A 80 mètres au dessus du sol il se déplace avec l'agilité d'un écureuil.  "Ce métier me correspond, dit-il, ça me convient "philosophiquement '' de travailler dans une énergie renouvelable et de faire un métier pionnier''.

Pour monter au sommet de l'éolienne, on prend un ascenseur, puis une petite échelle métallique pour atteindre la nacelle.

 L'espace tout en haut est très réduit.

Comme la France n'est pas pionnière dans le métier de l'éolien, les techniciens viennent très souvent de l'étranger.

Les constructeurs ont d'ailleurs installé à Husum, dans le nord de l'Allemagne, un centre de formation commun.

Mais ceci est en train d'évoluer car le lycée François Bazin  de Charleville-Mézières dispense depuis la rentrée 2006 une formation spécifique pour le métier de l'éolien.

 

Dans ce lycée des Ardennes, les jeunes, déjà titulaires d'un BTS, peuvent s'entrainer à travailler sur une tour de 25 mètres, pour être sûrs de résister au vertige!

"A l'issue de cette formation, ils sont directement opérationnels, m'indique le chef d'établissement Philippe Decobert. Et tout le monde trouve immédiatement du travail. Les entreprises viennent directement recruter chez nous par le biais des stages. Cette année, la promotion compte 25 garçons et une jeune fille. On sait que dans les 10 ans à venir, nous aurons besoin en France de 3000 techniciens''.

Les salaires varient en net au début de 1400 à 2400 euros s'il y a des déplacements. L'éolien est en pleine expansion. La Commission européenne vient de demander à la France de consommer 23% d'énergies renouvelables en 2020. Fin 2007, il y avait 1300 éoliennes en France métropolitaine, produisant 2455 Mégawatts. Selon les projections du Syndicat des Energies Renouvelables, ces chiffres sont à multiplier par 6 pour 2015.

A la rentrée 2008, un deuxième lycée technique proposera une formation aux métiers de l'éolien, à Montpellier.

PS. Du 15 mai 2008 : un lecteur vient de me signaler que c'est en fait à Nîmes, au lycée Dhuoda, qu'une formation à la maintenance éolienne fera partie des programmes à la rentrée prochaine.

 

 .

 

Commenter cet article