Ecuroducs: des cordes à écureuils

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1


L’écureuil a des habitudes : ce joli petit animal protégé est fidèle à son territoire, et à ses itinéraires. Cela lui joue des tours, spécialement au printemps lorsqu’il circule beaucoup à la recherche de son ou sa partenaire. Lorsque son territoire de 2 à 3ha est coupé par une route, ce qui malheureusement est très souvent le cas, il risque fort d’être écrasé par les voitures. ''Les anglais ont fait des statistiques, me signale André Miquet, biologiste au Conservatoire du Patrimoine Naturel de la Savoie. Dans certaines zones périurbaines, la mortalité des écureuils peut atteindre 30%''. En Grande Bretgane, l'écureuil roux fait déjà partie de la liste des espèces menacées.

André Miquet a une idée géniale et pratiquement gratuite pour sauver les écureuils : Pourquoi ne pas  utiliser les cordes d’escalade, récupérées auprès des montagnards et des fabricants, pour permettre aux écureuils de traverser la route en hauteur, plusieurs mètres au-dessus de la circulation? 

Le Conservatoire du Patrimoine Naturel de Savoie a fait le test dans un endroit tranquille, le jardin du Prieuré, au Bourget du Lac. Cela fonctionne très bien. L’écuroduc expérimental a été emprunté par 3 écureuils, appâtés par des noisettes.

 

Voici les images de cette expérience : elles sont signées Philippe Freydier, un collègue d’André Miquet.

 

Le test fonctionne si bien que les deux premiers écuroducs seront installés au mois de mars au Bourget du Lac, sur la route qui relie Aix Les Bains à Lyon, en bordure de 10ha de boisement protégé. Comme la corde à écureuil  doit passer au-dessus des convois exceptionnels, il faut qu’elle soit installée à plus de 6mètres de hauteur, sur une portée de 40 à 50m.

La Fédération Française de Montagne et d’Escalade va apporter son concours pour l’installation, de même que le fabricant de cordages Millet. Voilà l'application de ce que préconise le Grenelle de l’Environnement : à savoir la mise en place de couloirs biologiques pour la faune sauvage. Et André Miquet en est persuadé : cela peut fonctionner partout en France. Mais il précise : ''Ces astuces ne remplacent pas une véritable politique d’aménagement du territoire, pour respecter la biodiversité qui est partout menacée''. 

 

Commenter cet article