Le sauvetage du Narcisse des Glénan

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

C'est en ce moment que fleurit le narcisse des Glénan. La jolie fleur jaune pâle se mélange au violet des jacinthes sauvages, et sous le ciel pur de l' archipel breton, le spectacle est un enchantement, et un privilège.

 

Le narcisse des Glénan est une fleur rare, qui a failli disparaître dans les années 70 ; cette variété de narcisse vit aux Glénan exclusivement, en se moquant des embruns salés, et c'est pourquoi elle est unique au monde.

 

Seul le Conservatoire Botanique National de Brest spécialisé dans les plantes en voie de disparition a réussi à l'acclimater et la conserve sous forme de graine (voir article précédent).

 

 

 

 

   Tous les 5 ans, des bénévoles de l'association Bretagne Vivante et des botanistes du Conservatoire se rendent sur l'archipel pour faire le décompte des pieds de narcisse, au sommet de leur fleurissement. En 1974, il ne subsistait que 300 pieds. Il y a 5 ans, grâce à une gestion intelligente et minutieuse  confiée à  Bretagne Vivante avec l'aide des naturalistes, le narcisse était remonté à 140 000 pieds.

 

Alors combien cette année ?   L'opération de comptage vient d'avoir lieu  sur l'île Saint Nicolas, et elle se poursuivra la semaine prochaine sur les îlots isolés de l'archipel.

 

    

Bénévoles et botanistes tirent des cordes pour délimiter les surfaces, comptent les narcisses pied par pied, notent tout cela sur un petit carnet. « C'est tout simple, et pourtant très fiable scientifiquement, dit Marion Hardegen, botaniste du Conservatoire . On est sûr qu'il y a moins de  5% d'erreur, car sur une parcelle que nous avions fait compter par deux groupes différents il n'y avait que 1% de différence ».

 

 

 Résultat du comptage: 60 000 pieds de narcisses en 2008.

 

" On est un peu déçu, dit Nathalie Delliou, guide animatrice de Bretagne Vivante, c'est moitié moins  qu'en 2003mais on n'est pas inquiet. C'est la grêle qui a abimé les narcisses cette année, et la banque de graines est dans le sol. On attend avec impatience de refaire un comptage dans 5 ans".

 

 

 

    Le sauvetage du narcisse a mobilisé à fond les bénévoles de Bretagne Vivante, avec l'aide des botanistes et des collectivités locales. Dès 1974 a été créée sur l'île Saint Nicolas l'une des plus petites réserves naturelles de France,1,5ha essentiellement dédié au narcisse. « On n'y entre pas, on ne cueille pas les fleurs et surtout, explique Nathalie Delliou,  on protège le narcisse des autres plantes en arrachant les ronces, les fougères et les macerons ( une variété d'ombellifère ) qui risquent de l'étouffer naturellement. Le narcisse a besoin de l''ntervention de l'homme pour survivre ».

 Cette gestion est d'autant plus remarquable que l'archipel des Glénan est resté en même temps un beau lieu touristique en été : les voiliers y accostent, les touristes débarquent des navettes pour se baigner dans ses eaux pures et se régaler de fruits de mer.

Mais toute l'activité humaine est canalisée sur le pourtour de l'île. Au centre, le sanctuaire des narcisses est préservé durablement, car la petite fleur est désormais protégée au niveau européen et l'archipel des Glénan fait partie du réseau des sites Natura 2000.

Et pour voir la video du sujet diffusé au JT :clic ici 

 

  

 

Commenter cet article

SEDAT Reynaldo 12/04/2008 11:29

Boujour Francine...!
La Jonquille est aussi un narcisse...!
IL y a aussi le Narcisse des près,à clochettes centrale jaune et le Narcisse blanc,ou Narcisse des poètes,dit aussi jeannette...!
Et aussi le personnage mythologique,jeune homme d'une grande beauté épris de ses propres traits;il périt de langueur en contemplant son visage dans l'eau d'une fontaine et fut changé en la fleur qui porte son nom...!
Bien à vous...!  Reynaldo.