Catastrophes vues du ciel

Publié le par blog-petitechroniquedelaterre-tf1

Les équipes de secouristes internationales sont prêtes à intervenir en Birmanie, elles n'attendent plus qu'un visa de la junte au pouvoir ! Selon les chiffres officiels, le cyclone Nargis a fait 22 500 morts et 41 000 disparus, mais grâce aux satellites, on en sait un peu plus. « Le cyclone Nargis a inondé 5000 km2 de terre , et nous estimons qu'un million de personnes ont besoin d'un abri ou d'une aide de survie, «  déclare Richard Horsey, le porte parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU.

 

Comment faire ces estimations, alors que les étrangers ne peuvent pas entrer sur le territoire birman ? Et bien ce sont les satellites qui voient tout cela, dans le détail. Voici les données satellitaires enregistrées le 5 mai (image NASA). On voit en rouge les régions inondées, toute la région inférieure du delta de l'Irrawaddy sont sous les eaux,  et grâce à une base de données internationale qui fait le recensement de la densité de la population par zone géographique,  il est possible de faire une estimation des personnes qui ont besoin d'une aide d'urgence.

 

On voit de la même manière, en rouge, les quartiers qui sont inondés dans l'ancienne capitale, Rangoun.

Ces images satellitaires des catastrophes, on les trouve avec bien d'autres sur le lien www.disasterscharter.org, un site créé tout spécialement en 2002 par plusieurs agences spatiales , dont l'ESA et le CNES, de manière à aider la progression des équipes de secouristes, alors que chaque minute compte.

Sachant tout cela, il est d'autant plus désespérant de ne pouvoir intervenir.

 

Y-t-il une relation entre le changement climatique et ce cyclone dévastateur, le plus violent en Asie depuis 1991 ?  

 

Les climatologues se disent très partagés, et en tout cas très prudents sur le lien éventuel entre cyclones et réchauffement (Voir article précédent). Il y a eu, selon Jean Jouzel, de très passionnées discussions au sein du GIEC à ce sujet,  mais pas de encore de conclusion définitive dans un sens ou dans l'autre.

Jean-Pierre Ceron, directeur adjoint de la climatologie de Météo-France, précise :"Il n'y a pas de consensus sur le signe du nombre de cyclones (augmentation ou diminution), non plus que sur l'intensité des vents associés, en revanche il existe une certaine concordance pour dire que les précipitations sont plus abondantes".

 "Ceci dit, poursuit Jean-Pierre Céron, le cyclone Nargis était intense mais pas exceptionnel, et il s'inscrit dans une saison cyclonique normale dans cette partie du monde. S'il y a tellement de victimes, c'est parce que la population se concentre  dans le delta, tout près des côtes, où elle est très vulnérable aux marées de tempête, et parce qu'il nexiste  pas de système d'alerte".

 

Commenter cet article

SEDAT Reynaldo 08/05/2008 18:48

Bsr Francine...!
Les forces militaires birmanes concervant le pouvoir dans ce pays répriment durement les partisans de la démocratie et si on rajoute  que le cyclone "Nargis" leur ait  tombé sur la "tête",ce pays n'est vraiment pas aidé...!
Mais bon,quelle misère...!                   Reynaldo.